Les actionnaires d’Activision Blizzard exigent un rapport sur les cas de harcèlement contre la volonté de l’entreprise

Jeux

Les actionnaires d’Activision Blizzard ont tenu leur assemblée annuelle aujourd’hui et a voté en faveur de que l’entreprise publie un rapport détaillé sur ses cas de harcèlement sexuel. Le rapport fournira également un compte rendu détaillé de ses cas internes de harcèlement sexuel, des mesures correctives prises et des progrès réalisés sur cette question, qui a commencé à être mise au jour l’été dernier.

Une majorité d’actionnaires a approuvé la réalisation et la publication par Activision de ce rapport, proposé en février dernier par le New York State Common Retirement Fund, en tant que une preuve de transparence.

Précisément, il y a quelques mois, il a été rapporté qu’Activision Blizzard demandait à ses investisseurs de voter pour contre de ce plan, bien qu’il ait finalement été mis en œuvre, contre la volonté de l’entreprise (via le Washington Post).

Les actionnaires d’Activision Blizzardí qu’ils ont approuvé la réélection des 10 membres du Conseil.malgré certaines voix qui appelant à la démission du PDG Bobby Kotick et les membres Brian Kelly, Robert Morgado, Robert Corti, Barry Meyer et Peter Nolan.

Finalement, le SOC Investment Group n’a pas trouvé de soutien pour renouveler la direction d’Activision Blizzard. Les votes de la majorité des actionnaires ont également approuvé les salaires proposés pour les membres du conseil d’administration.

Si Activision Blizzard répond aux demandes de ses actionnaires, elle doit publier un rapport détaillant. le nombre total d’affaires de harcèlement sexuel ou de discrimination en cours. à résoudre et le montant qu’Activision a dépensé pour résoudre ces affaires au cours des trois dernières années.

Lire aussi:  Jeux gratuits de l'Epic Games Store confirmés pour cette semaine et la semaine prochaine

Il y a quelques mois, Activision a clos le procès avec l’EEOC.une agence fédérale américaine, avec un fonds de 18 millions de dollars pour indemniser les victimes, un chiffre jugé insuffisant et qui pourrait entraver la poursuite des procédures.

La semaine dernière, Activision a publié un rapport concluant qu’il n’y avait « pas de harcèlement généralisé », un rapport qui a été critiqué pour des omissions que le rapport plus complet, exigé par ses actionnaires, devrait atténuer.