sam. Nov 26th, 2022

La Roumanie affrontera la Bosnie-Herzégovine lundi à 21h45 au stade Giulești. Ce que l’entraîneur Edi Iordănescu a déclaré avant le dernier match du Groupe 3 de la Ligue des Nations B.

Le lundi 26 septembre, les derniers matchs ont lieu : Roumanie – Bosnie et Monténégro – Finlande.

La Roumanie a besoin d’une victoire, et la Finlande ne doit pas s’imposer à Podgorica pour empêcher les tricolores d’être relégués en troisième division.

L’annonce de Edi Iordănescu avant le match de la Roumanie contre la Bosnie – Herzégovine : « Quand vous voyez ce qui se passe avec un, deux ou trois sélectionneurs devant vous, vous vous attendez à tout ».

La Roumanie est dernière du groupe 3 de la Ligue des Nations B et pourrait être reléguée.

Dans quelle urne la Roumanie peut être dans le tirage au sort des préliminaires de l’EURO 2024.

« Nous avons montré que nous pouvons bien travailler en équipe, nous avons montré que nous pouvons aussi avoir l’initiative, nous avons eu beaucoup de bons moments. Lorsque vous interprétez le jeu correctement, nous pouvons produire du bon football. Je peux dire que si vous regardez les cinq matchs, à l’exception de la double confrontation contre le Monténégro, qui nous a mis à terre, l’équipe a fait trois bons matchs. En Bosnie, nous méritions au moins un point, avec la Finlande à domicile nous avons gagné, et au match retour nous aurions dû gagner.

La priorité pour nous maintenant est de gagner le dernier match contre la Bosnie. En novembre, ce doit être les jeux de consolidation. Avec la Finlande, il m’a semblé que nous avons retrouvé l’esprit, une autre mentalité, un autre courage, une autre confiance et une autre inquiétude. Nous devons partir du fait que nous avons montré une image différente et nous devons consolider cela. Avec la Bosnie, ce sera un match très disputé, avec un adversaire qui arrivera détendu, mais aussi plus motivé que ce que nous attendions « , a déclaré Edi Iordănescu.

Lire aussi:  À quoi ressemble Simona Halep après une opération ? Elle a montré son nouveau look et suit un programme de rétablissement | VIDEO

L’entraîneur a ajouté : « Je pense qu’il aurait pu y avoir d’autres noms pour l’équipe nationale. Je pense que les entraîneurs roumains sont très bons, j’ai beaucoup voyagé, j’ai eu des contacts avec de nombreux entraîneurs, et l’entraîneur roumain travaille de manière scientifique, analytique. Je voulais dire que ce n’est pas juste que dès la première action, avec deux matchs amicaux, nous discutions déjà de l’avenir, de l’entraîneur, de combien de temps il va rester. Je pense avoir fait preuve d’une totale disponibilité vis-à-vis du public et des médias, mais lorsque nous franchissons une certaine limite et que des offenses apparaissent, cela dépasse ma capacité de compréhension. Si vous aimez vraiment le pays et l’équipe nationale, vous êtes critique, mais il y a des choses qui disqualifient certains. Iordănescu, là où il a été, a travaillé, en 12 ans j’ai travaillé avec plus de 500 joueurs, nous sommes passés par des étapes naturelles.

Quand on m’analyse, il devrait y avoir plus d’objectivité. Un peu de tolérance, de confiance…L’important est de prendre trois points dans ce dernier match, je pense qu’il faut de la continuité, j’aurais dit ça si c’était quelqu’un d’autre à ma place, mais après cette action il est normal de s’asseoir, de discuter, l’équipe nationale est primordiale. Quand on voit ce qui se passe avec 1, 2, 3 sélecteurs devant soi, on s’attend à tout. Si nous ne travaillons pas en équipe et que nous continuons à nous mettre des bâtons dans les roues, ce scénario va durer éternellement. »