sam. Nov 26th, 2022

Un cas incroyable dans le sport roumain : Theo Matican, un athlète paralympique de 24 ans, a manqué les Jeux olympiques de Tokyo de 2021 à cause d’une décision vraiment bizarre.

La raison est stupéfiante : le Comité paralympique roumain lui a interdit l’accès aux Jeux parce qu’il voulait être accompagné au Japon.

Le cycliste, qui fait également du ski, aurait eu besoin de quelqu’un avec lui car il ne pouvait pas s’habiller ou mettre ses chaussures seul, rapporte ProSport.

Cette affirmation est soutenue par son père, Sorin Matican.

Amende reçue par le Comité national paralympique de la part du CNCD ! Comment cela est-il arrivé à Theo Matican ?

Le Conseil d’administration du Conseil national de lutte contre les discriminations, réuni en séance de pétition le 27 juillet 2022, a adopté les résolutions suivantes :

1. La déclaration de la présidente du Comité national paralympique, Sally Wood Lamont, à l’athlète paralympique Theodor Matican : « il ne participera pas tant qu’il ne m’aura pas prouvé qu’il peut skier (…) » est un acte de discrimination et viole le droit à la dignité en vertu de l’article 2, paragraphe 2, de la Convention européenne des droits de l’homme. (1) et art. 15 de l’O.G. 137/2000, republié.

Une amende de 1 000 lei a été infligée au président du Comité national paralympique. Décision adoptée à l’unanimité (7 voix).

2) La restriction de l’accès à la compétition Tokyo 2021 (paracyclisme) de l’athlète paralympique Theodor Matican par le Comité national paralympique, en refusant de mettre à la disposition de l’athlète handicapé un accompagnateur à la compétition, constitue un acte de discrimination portant atteinte au droit de la personne handicapée de participer aux compétitions sportives en vertu de l’article 2 par. (1), (4) et (5), en liaison avec l’article 10, point h), du décret-loi n° 137/2000, republié, l’article 6, point f), de la loi n° 448/2006 relative à la protection et à la promotion des droits des personnes handicapées et l’article 30 de la convention relative aux droits des personnes handicapées.

Lire aussi:  Les groupes de la Ligue des Champions ont été décidés ! Qui le Real Madrid, l'équipe qui possède le trophée, joue ! Nous avons les derbies Bayern - FC Barcelone et PSG - Juventus.

Une amende de 10 000 lei a été infligée au Comité national paralympique. Décision adoptée à l’unanimité (7 voix).

3. Affichage d’une publicité/message dans un lieu public, à savoir une station-service Lukoil à Bungetu, dans le comté de Dâmbovița, faisant référence à certaines caractéristiques physiologiques des femmes d’une manière dénigrante/offensive envers les personnes de sexe féminin : « Avec estime, s’il vous plaît, ne changez pas de tampons ou d’OB à l’intérieur de la station ; honte de porter votre saleté ». est un acte de discrimination et viole le droit à la dignité en vertu de l’article 2, paragraphe 2. (1) et art. 15 de l’O.G. 137/2000, republié. Une amende de 5000 lei a été imposée à Lukoil. Décision adoptée à l’unanimité (7 voix).

Que dit Cristian Jura ?

Cristian Jura, secrétaire d’État du Conseil national de lutte contre les discriminations et juge au Tribunal arbitral du sport, a donné les détails de cette incroyable affaire dans ProSport.

« C’est sans précédent dans le paysage sportif roumain, c’est pour la première fois que le CNCD a constaté une discrimination à l’encontre d’un athlète handicapé par l’instance même qui est censée protéger et promouvoir les droits des personnes handicapées dans le sport, le Comité national paralympique roumain (CNPR).

Nous avons constaté deux faits de discrimination. Une présidente de la CNPR a fait des déclarations qui portent atteinte à la dignité de l’athlète Theo Matican

Il a été déclaré que Theo Matican ne participerait pas aux compétitions avant d’avoir prouvé qu’il pouvait skier, dans le cadre des Jeux paralympiques d’hiver de Pékin 2022.

Lire aussi:  Bănia est en ébullition : Mirel Rădoi arrive, Laszlo Balint est parti ! Annonce de dernière minute de l'Universitatea Craiova

Un athlète n’a pas à prouver au président d’une fédération qu’il peut ou ne peut pas pratiquer un sport.

Qu’est-ce que la CNPR a violé et quelle amende a-t-elle reçue ?

D’autre part, nous avons pris la décision d’infliger une amende de 10 000 lei à la CNPR pour avoir violé de nombreux articles du droit national et international. En fait, la CNPR a violé l’ordonnance gouvernementale sur la lutte contre toutes les formes de discrimination,

Loi sur la protection et la promotion des droits des personnes handicapées et Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées.

En gros, la CNPR est restée les bras croisés et n’a pas entamé les démarches nécessaires à la participation d’un athlète handicapé aux Jeux paralympiques de Tokyo 2020, qui ont eu lieu en raison de la pandémie en 2021.

L’amende est justifiée par le fait que les chances d’un athlète de participer aux Jeux olympiques sont naturellement limitées dans le temps et dans l’âge, et cette situation est d’autant plus difficile dans le cas des personnes handicapées. Dans le cas examiné, il s’agit même d’une femme handicapée, et le degré d’humiliation d’une personne handicapée est beaucoup plus grand », a déclaré à ProSport Cristian Jura (photo ci-dessus), secrétaire d’État du Conseil national de lutte contre la discrimination.

Crédit photo : Facebook / Theo Matican