EXCLUSIF. Gigi Becali a gagné son procès contre la police ! La raison pour laquelle de nombreux conducteurs sans permis peuvent s’en tirer à bon compte !

Sport

Gigi Becali a gagné son procès avec la police de la circulation après que son permis de conduire lui ait été retiré à Argeș début mai de l’année dernière. À l’époque, selon la police, Becali aurait été pris par le radar à 106 km/h. Le permis du propriétaire de FCSB a été suspendu pour trois mois et il a reçu une amende de 1 300 lei. Seul le propriétaire est allé au tribunal et a gagné !

Gigi Becali était pressé d’aller à l’enterrement du père Daniil. Le millionnaire se trouvait sur la DN7 (entre Pitești et Valcea), lorsqu’il a été repéré par le radar.

Les magistrats du tribunal d’Argeș ont fait droit à son recours et ont annulé le procès-verbal d’infraction établi l’année dernière.

« Admettre l’appel. Modifie la phrase, dans le sens où elle admet la plainte et annule le rapport contesté. Final », peut-on lire dans le procès-verbal de la Cour sur l’affaire Gigi Becali.

Pas de numéro sur la voiture

Les avocats de Gigi Becali ont fondé leur argument gagnant sur le fait qu' »il n’existe aucun document, pas même une photo, dans lequel le numéro de sa voiture peut être identifié sans équivoque ».

Ils ont également souligné que « le rapport est nul et non avenu, car il a été rédigé en violation de l’article 16, paragraphe 1, de l’OG 2/2001 approuvé par la loi ########, en ce sens que, conformément à l’article susmentionné, le lieu exact de la conclusion du rapport doit être indiqué dans le rapport.

Ainsi, le fonctionnaire n’a pas consigné la route et le lieu où le rapport a été correctement conclu, et l’article 16, paragraphe 1, de la loi sur l’immigration et l’asile. 1 de l’O.G. 2/2001 stipule que le lieu où le signalement a été fait doit être enregistré, ce qui rend le signalement nul et non avenu, car l’agent verbalisateur a mentionné qu’il s’agissait de DN7 – Valea Ursului, mais en fait c’est une erreur car dans la localité de Valea Ursului – Argeș il n’y a pas de DN mais c’est la route européenne 81, comme cela apparaît sur l’indicateur selon la photo jointe. En conséquence, il a demandé l’admission du recours et la modification de la condamnation dans son intégralité, dans le sens de l’admission de la plainte et de l’annulation du PV, et à titre subsidiaire, il a demandé la suppression de la sanction complémentaire de suspension du droit de conduire.

Lire aussi:  Simona Halep perd une place au classement WTA, mais est presque certaine de participer au Tournoi des Champions ! Quelle citation de John F. Kennedy l'a impressionnée ?

En droit, il s’est appuyé sur l’article 466 et suivants. Code de procédure civile, O.U.G. 2/2001. Dans son mémoire en défense, l’intimé a plaidé que le recours était inopportun et, à titre subsidiaire, a demandé qu’il soit rejeté comme non fondé.

En examinant les plaques photographiques du dossier, le tribunal constate que « le numéro d’immatriculation de la voiture prise par l’agent enquêteur ne peut être distingué ».

Photo Source : ProSport

Gigi Becali, gagner l’affaire

« D’autre part, l’enregistrement vidéo versé au dossier est également extrêmement flou, montrant plusieurs voitures se déplaçant dans la même direction, les unes après les autres, dont on ne peut distinguer les plaques d’immatriculation. Dans ces conditions, la Cour conclut à l’existence d’un doute sur le numéro d’immatriculation de la voiture en question par l’agent enquêteur, doute qui profite à la requérante conformément au principe in dubio pro reo. En conséquence, en application de l’article 480 du code de procédure civile, elle fera droit au recours et modifiera le jugement pour faire droit à la plainte et annuler le rapport contesté.

Ainsi, la Cour a admis le recours formé par Gigi Becali, contre la sentence civile n° #### / 13.12.2021 prononcée par le Tribunal de Pitești dans l’affaire n° #### / 280 / 2021, le défendeur étant IPJ Argeș, département d’Argeș. La décision de modification de la sentence, dans le sens de l’admission de la plainte et de l’annulation du rapport officiel contesté, est définitive.

Décision n° 1722/2022 du 11.05.2022 rendue par le tribunal d’Argeș.

Affaire sur l’autoroute du soleil

Le cas de Gigi Becali n’est pas unique. La police de la circulation a été « humiliée » au tribunal par un autre conducteur, pris en train de « voler » à 198 km/h sur l’Autostrada Soarelui.

Un conducteur qui a été condamné à une amende et laissé sans permis après avoir été surpris par un radar à rouler à 198 km/h sur l’Autostrada Soarelui a obtenu un jugement annulant la contravention auprès du tribunal de Călărași.

Au volant d’une Mercedes, il a été arrêté par la police le 30 mai 2020 sur l’autoroute menant à la côte, a reçu une amende et a été laissé sans permis après avoir été filmé par le radar roulant à 198 km/h.

Lire aussi:  Simona Halep, éliminée de l'US Open au premier tour par une inconnue ! L'Ukrainienne Daria Snigur n'avait jamais joué un match du tableau principal d'un Grand Chelem auparavant.

Le conducteur a contesté la sanction devant le tribunal, arguant qu' »il a expliqué au policier qu’il n’était pas coupable de la prétendue contravention, d’autant plus que deux voitures circulaient devant lui qui l’avaient préalablement dépassé à grande vitesse et qu’il est possible que la vitesse enregistrée par l’appareil radar appartenait à l’une des voitures circulant devant lui et non à celle qu’il conduisait ».

La police a ensuite déposé un mémoire en défense dans cette affaire, indiquant que « le policier a procédé à l’interpellation de la voiture susmentionnée conformément à la réglementation et, après avoir identifié le conducteur en la personne du contrevenant, l’a informé du motif de l’interpellation, de la vitesse à laquelle elle a été enregistrée par l’appareil radar et des mesures légales à prendre ». « Le plaignant n’a pas eu à faire de commentaires, signant le rapport, admettant et regrettant le fait », a également déclaré la police dans son mémoire de défense.

Le tribunal a décidé d’annuler la sanction

Le tribunal de Călărași, où l’affaire a été entendue, a ordonné l’annulation de l’amende au motif que les images prises par le radar ne montraient pas clairement le numéro d’immatriculation de la voiture surprise en train de rouler à près de 200 km/h.

« Le tribunal constate, comme l’atteste le visionnage de l’enregistrement vidéo réalisé avec le radar, tout au long de la capture du véhicule mentionné dans le procès-verbal de contravention, que son numéro d’immatriculation n’est pas visible, de sorte qu’il ne peut être établi avec certitude si la voiture capturée par l’agent le 30.05.2020, 14:00, se déplaçant à une vitesse de 198 km / h est celle conduite par le pétitionnaire », lit-on dans le jugement du tribunal de Calarasi.

Le juge a également souligné que, tant que les données fournies par l’enregistrement radar ne peuvent être considérées comme certaines, « les preuves fournies par le défendeur ne sont pas en mesure de prouver le bien-fondé de l’acte reproché au requérant ». « Il n’est pas possible de déterminer avec certitude, sans aucun doute, si l’acte contenu dans le procès-verbal de l’infraction répond ou non aux éléments de typicité prévus par la loi », a ajouté le juge, ordonnant l’annulation de la sanction et la restitution du procès-verbal.