VIDEO | Eduard Novak, sur les incidents violents à l’arène nationale : « Nous ne voulons pas de cette image pour le sport roumain. Il s’agit d’un ensemble de mesures qui doivent être prises, de l’entrée des spectateurs à leur sortie. »

Sport

Le ministre des sports Eduard Novak s’est exprimé mardi sur Digi24 au sujet des incidents violents qui ont eu lieu lors du match Dinamo – CSA Steaua de la semaine dernière à l’Arène nationale, où les émeutiers des deux équipes se sont battus avant, à la mi-temps et après le match, ont utilisé des engins pyrotechniques et ont agressé les gendarmes. Le fonctionnaire a déclaré que les amendes pour ceux qui ont recours à de tels gestes seraient augmentées et que des mesures plus drastiques seraient également prises concernant l’organisation des matchs.

« Eduard Novak : Nous ne voulons pas de cette image pour le sport roumain. Nous ne parlons pas seulement des incidents agressifs et violents qui se produisent dans le stade, nous parlons de l’image du sport et pas seulement du sport, mais aussi de tous les acteurs qui l’entourent. Il suffit de penser, dans ce contexte, à la motivation des sponsors à s’impliquer dans le football, dans une situation où, malheureusement, les équipes peuvent à peine payer leurs factures, etc.

Ce que je vois et ce que j’ai lu dans tous les rapports, c’est une question d’organisation, tout d’abord. Les lois sont là, les procédures sont là, mais quelque part, quelque chose n’est pas bien organisé et je pense que si l’organisation était beaucoup plus rigoureuse et beaucoup plus responsable de la part des commissaires et du club organisateur, alors ils pourraient sûrement placer ces hooligans dans des zones beaucoup plus sécurisées, sans qu’ils puissent avoir accès les uns aux autres, ni entrer ni sortir.

Tout dépend de l’organisation. Bien sûr, dans ce cas, nous voudrons durcir les amendes, mais c’est un ensemble de mesures qui doivent être prises, depuis l’entrée des spectateurs jusqu’à leur sortie, comment les contrôler.

Lire aussi:  Apparition surprise de l'acteur Tom Hardy à un championnat d'arts martiaux, où il a remporté la médaille d'or.

Anca Suciu : Et pourtant, là-bas, dans le stade, les fumigènes ne manquent jamais et ils ont des pistolets blancs pour les hooligans.

Eduard Novak : D’une manière ou d’une autre, ils continuent d’arriver là, dans l’enceinte du stade, ces objets contondants et ces bombes fumigènes. Je veux dire que nous parlons toujours d’organisation, qu’elle soit introduite directement par ce supporter ou ce hooligan, ou qu’elle soit déjà, grâce à l’aide de quelqu’un, dans le stade.

Anca Suciu : Vous avez parlé de mesures plus strictes, de sanctions plus sévères, de calendrier – à partir de quand, comment cela se fera-t-il, qu’est-ce que cela signifiera ?

Eduard Novak : Nous avons une commission – la Commission nationale d’action contre la violence dans le sport est convoquée jeudi et nous discuterons avec la gendarmerie et la Fédération de football de ces questions et nous lancerons certainement un projet d’ordonnance par la suite pour prévenir ces situations que je vois s’aggraver.

Anca Suciu : Monsieur le Ministre, votre proposition, quel devrait être le montant des amendes, combien faudrait-il ?

Eduard Novak : Nous avons des amendes de 3.000 lei. Il est certain qu’avec de sérieuses amendes de 40 à 50 000 lei, ces personnes réfléchiront mieux à ce qu’elles doivent faire.

Anca Suciu : Iriez-vous au stade avec un enfant aujourd’hui ?

Eduard Novak : Aujourd’hui, vous réalisez que non.

Anca Suciu : S’agit-il également d’un échec du ministre des sports ou est-ce que ce n’est pas le travail du ministre ?

Eduard Novak : Nous adaptons toujours les lois en fonction de la situation et je pense que vous ne pouvez pas me reprocher ce qui se passe aujourd’hui, dans le stade. Nous voulons que ces éléments disparaissent des stades et il y a plusieurs acteurs impliqués. Ici, on parle de la Fédération de football, on parle de la Gendarmerie, le club organisateur. Donc ici, ensemble, nous devons faire un front commun et bloquer toutes ces actions violentes. »

Lire aussi:  PROSPORT 25 - 2012. Alina Dumitru, le phénomène sur le tatami : "Je me transformais d'une petite fille faible en une lionne" (VIDEO)