« Small World » : un retour à la pop pure pour Metronomy

Musique

Trois ans après « Metronomy Forever », Joe Mount et son groupe reviennent avec un album court, efficace et joyeux, inspiré et traversé par la pandémie et les confinements.

Environ 35 minutes, et neuf morceaux seulement. Pour son retour, Metronomy a choisi la formule offensive : de la pure pop, simple, efficace et entraînante, sans prétention. Avec des chansons aux noms évocateurs comme celui du single It’s good to be back, avec un double sens : le chanteur du groupe, Joe Mount, évoque un retour à la maison, avec sa famille, mais aussi le retour de la musique et de l’amusement, après les confinements que le groupe a vécus avec des sentiments mitigés, comme nous tous. « Au tout début, ça ne m’a pas du tout inspiré, le fait de rester à la maison, dans l’incertitude, pas serein, et même effrayé. Mais quand ça s’est calmé, quand on est entrés dans une routine, j’ai commencé à ressentir du potentiel dans les sentiments que j’avais pour ma famille ou mes proches que je ne pouvais pas voir… et pour moi, c’était très intéressant qu’au milieu de choses globalement horribles, de jolis moments existent aussi. »

Une preuve supplémentaire avec cet autre morceau, Things will be fine, ou encore cette pochette très colorée, qui fait la part belle à la nature. Retour donc aux choses simples, et agréables, et aux pensées positives pour Joe Mount et ses camarades : « Pour moi c’est vraiment un retour à une écriture et des compositions épurées. Beaucoup de morceaux pop ont la même construction, donc je ne pense pas que ce soit très différent. J’essaie toujours de faire mieux, sans pour autant tout changer, c’est aussi connecté aux albums d’avant. »

Lire aussi:  Annulation du concert de Bryan Adams à Valence

Malgré la brièveté du disque, certaines chansons se permettent de longues parties instrumentales. Sur une autre, Love Factory, la voix de Mount ressemble un peu à celle d’un certain David Bowie : « Quand on chante avec un accent anglais, sur une tonalité basse, ça ressemble forcément à David Bowie ! Il a forcément été une influence pour moi. Je n’ai pas volontairement essayé de faire comme lui ou de l’imiter, mais quand vous êtes anglais… D’ailleurs, la voix de Jarvis Cocker aussi ressemble à celle de Bowie ! »