mer. Nov 30th, 2022

Le bureau fédéral de la Fédération roumaine de rugby a dénoncé la décision du ministère des sports de mettre en place le complexe sportif national Arcul de Triumf et a accusé le ministre Eduard Novak de « poursuivre son plan visant à priver le rugby de son stade légendaire ».

Les représentants du FRR ont exprimé leur mécontentement envers Eduard Novak dans une déclaration publiée sur Rugbyromania.ro.

« Au lieu de soutenir la bonne préparation de la Coupe du monde, le ministre Novak poursuit son projet de priver le rugby de son stade légendaire. La Fédération roumaine de rugby considère que la création du complexe sportif national Arcul de Triumf, dont on parle à nouveau ces jours-ci, n’est que la première étape par laquelle le ministère des sports prendra le contrôle et gérera la base sportive à sa guise, sans tenir compte des besoins du sport du ballon ovale et de l’histoire de cette arène. »

Le FRR a averti que cela se produisait lorsque la Roumanie a été confirmée comme participant à la Coupe du monde de rugby, étant la seule équipe masculine représentant notre pays à prendre part à un événement mondial.

« Bien que nous soyons convaincus que cette déclaration, comme toutes celles qui ont été faites jusqu’à présent par la Fédération roumaine de rugby, n’aura aucun effet, nous nous réservons le droit de lutter contre cet abus par tous les moyens. En commençant par des actions en justice, en poursuivant par des actions de protestation des équipes qui seront privées de l’utilisation de notre stade légendaire et jusqu’aux campagnes de collecte de signatures par les Roumains », déclare le FRR.

Lire aussi:  Introduction d'une technologie semi-automatique de détection des hors-jeu dans le football. Quel est le premier match où il est utilisé ? Marius Avram détaille son fonctionnement

Selon le FRR, cette démarche « est aux antipodes des autres actions récentes » d’Eduard Novak, dans lesquelles il a parlé de décentralisation.

« Nous ne savons pas quels sont les intérêts et la véritable raison pour laquelle le ministère des Sports veut à tout prix gérer un complexe sportif, alors que ses employés se plaignent des conditions de travail, du sous-effectif et des salaires, et que le rapport de la Cour des comptes montre clairement que cette entité ne peut pas gérer de tels établissements », ajoute le FRR.

FRR : « Les réponses de Novak sont plutôt évasives ».

Le FRR a également demandé publiquement à M. Novak « combien de terrains de sport il a réhabilités ou construits depuis sa prise de fonction ».

« Nous attendons également une réponse à cette question de la part du ministre, tout comme nous attendons depuis plus d’un an des réponses à de nombreuses questions posées sur la situation du stade national de rugby de l’Arc de Triomphe. Les réponses qu’il a données jusqu’à présent, qui ont également été plutôt évasives, se sont avérées ne pas être exactement celles qu’il a présentées », poursuit le FRR.

« La déclaration du ministre selon laquelle ‘le rugby est prioritaire’, étant donné que nous vivons dans un pays où un ministre choisit de ne pas respecter les documents du ministère qu’il dirige, ne peut nous donner aucune certitude quant à l’avenir du rugby roumain dans cette arène sportive, ni un climat de paix et de sécurité dans la préparation de la plus importante compétition sportive à laquelle la Roumanie participera en 2023, la Coupe du monde », a ajouté la Fédération.

Lire aussi:  Roumanie, une défaite catégorique en basket-ball masculin contre le Portugal ! Bulgarie à partir de dimanche soir

« Nous concluons avec l’espoir que nous ne finirons pas par nous préparer à la Coupe du monde de la même manière que nous avons commencé le processus de qualification, dans des centres commerciaux ou sur des terrains inadaptés, et que le rugby roumain sera soutenu afin qu’il puisse représenter la Roumanie avec fierté et honneur ». Dans un moment comme celui-ci, nous avons besoin du soutien et de l’aide de tout le monde, des supporters et des autorités au plus haut niveau, et nous espérons que le Premier ministre roumain lui-même, Nicolae Ciucă, se penchera sur ce cas, en s’assurant que les documents signés entre les deux institutions, le ministère des Sports et la Fédération roumaine de rugby, sont respectés, afin de rectifier légalement et moralement la situation du stade national de rugby Arcul de Triumf, en donnant au FRR le droit d’utilisation gratuite », a conclu le FRR.