sam. Nov 26th, 2022

Le producteur Jérôme Seydoux et le cinéaste animalier Laurent Charbonnier s’allient dans l’exploration de la petite faune de la campagne française. Cela donne « Le chêne », enchanteur.

Une modestie toute aristocratique est au cœur de ce Chêne qui étend ses branches sur les écrans mercredi 23 février. Un arbre majestueux occupe la berge d’un étang de Sologne, avec tout un petit monde autour de lui, qu’il abrite, nourrit, réchauffe. Le réalisateur animalier Laurent Charbonnier (Les Animaux amoureux), lui-même habitant de Sologne, apporte tout son art de l’affût et de l’image à un film enchanteur.

Un chêne de 210 ans trône au bord de l’eau avec comme habitants écureuils, balanins, geais, fourmis, mulots… Des racines à sa cime, au fil des saisons, c’est tout un monde qui vit, survit et évolue dans une nature loin de la turbulence des villes, au rythme des saisons. Si l’écosystème du chêne peut sembler moins spectaculaire que celui de la grande faune africaine, par exemple, c’est tout le contraire que donne à voir ce film. Il rend leur noblesse à ces modestes représentants de la faune de nos campagnes. Jérôme Seydoux et Laurent Charbonnier scénarisent et filment leur casting en personnalisant les animaux, sans pour autant tomber dans l’anthropomorphisme.

Les petits rongeurs, insectes et oiseaux, mais aussi le réseau mycorhizien qui donne les champignons, sont les vedettes de ce beau film aux images rares sur un sujet négligé. On se demande parfois comment de telles scènes ont pu être tournées, au plus proche de ces animaux sauvages et craintifs. Comme le magnifique travelling sur un rapace poursuivant sa proie sous la futaie.

Lire aussi:  Le théâtre charentais des Borderies fête son 30e anniversaire en remontant sur les planches pour une nouvelle pièce

Jérôme Seydoux et Laurent Charbonnier captent le quotidien d’une nature discrète. Une communion où chacun occupe sa place dans une harmonie soumise aux lois du climat. A un orage d’été, succèdent les rouges et or de l’automne, puis les neiges immaculées, et le retour de la verdure. Autant d’étapes qui rythment une vie invisible, étonnante et spectaculaire, que dévoile une caméra exploratrice et poétique.